Communiqué de presse

 

 

 

Sous prétexte de faire vivre le débat démocratique, M. Jean-Pierre Colin, premier adjoint au maire de La Seyne, diffuse à 25000 exemplaires un bulletin, « La lettre politique ».

À la lecture de son premier numéro, comment ne pas être choqué par la stigmatisation insidieuse de certains Seynois ? Le propos est bien éloigné de la solidarité et du vivre ensemble qui devraient animer tout élu se réclamant de la République. Selon M. Colin, il serait en effet entretenu à La Seyne un « djihadisme d'atmosphère », dont seraient responsables, entre autres, des associations dont certaines sont accusées d'être parmi les « centres actifs d'un islamo gauchisme délétère ».

Cette attitude est indigne et irresponsable.

Au moment où nous sommes tous percutés par les crises sanitaires, économiques et sociales, nous avons besoin de bienveillance, de fraternité, de sens commun, de sérénité pour prendre soin de l’humain.

La globalisation stigmatisante d'une partie de notre population par le caractère captieux de ces écrits est d'autant moins digne d’un élu de la République qu’à La Seyne, ville historique d’accueil, nous expérimentons et cultivons depuis des siècles les modalités d’un vivre ensemble respectueux des uns et des autres.

La richesse du monde associatif seynois n’est pas étrangère à cette qualité de vie et aux relations fraternelles qui nous lient les uns aux autres. Nous avons à La Seyne une tradition d’Éducation Populaire animée notamment par les acteurs des associations, naturellement agréées par l’État pour œuvrer à l’émancipation de tous et à la formation des plus jeunes à l’exercice de la citoyenneté, vrais remparts contre les intégrismes.

Les associations agrées d’Éducation Populaire reçoivent ainsi des financements de diverses institutions publiques telles que l'État, la Région, le Département, la Métropole, la Ville, la Caisse d'Allocations Familiales. Leurs projets sont financés parce qu’ils répondent aux cahiers des charges attendus par chacune de ces institutions. Et elles sont à ce titre dûment contrôlées, tant sur le plan financier que celui de l’éthique.

Le cheminement de pensée de M. Jean-Pierre Colin est d'autant plus difficile à suivre qu’il est élu de plusieurs de ces institutions et que, s'érigeant en accusateur, il pointe de supposées défaillances de vigilance de la part des collectivités qu'il représente. Il attaque visiblement sans connaître. Le vrai courage serait d’engager le dialogue avec la population et notamment celle qui se trouve stigmatisée par ses écrits. Mais il ne connaît pas encore assez La Seyne, et il serait formateur pour ce néo-Seynois de rencontrer notre tissu associatif et nos habitants.

Mieux encore, il apprendrait que ces mêmes associations sont annuellement contrôlées par un commissaire aux comptes qui a l'obligation de signaler au procureur de la République tout manquement à la loi et aux règlements. Et que le rôle du commissaire aux comptes ne se résume pas au seul contrôle de l’utilisation des deniers publics mais aussi à celui du respect des statuts et de l’objet associatif. La vie statutaire des associations est autant contrôlée que leur bilan comptable.

Depuis 2014, la ville de La Seyne conditionne l’attribution de subventions à la signature de « La Charte d’engagement réciproque ». Cette charte fixe un code de bonnes pratiques, ainsi que les attentes et obligations mutuelles. Elle reconnaît le rôle majeur qu’occupent les associations et leurs importantes contributions à l’intérêt général. Elle entend encourager ce dynamisme associatif, et notamment l’implication citoyenne au travers du bénévolat. Fondée sur les valeurs républicaines « Liberté – Égalité – Fraternité - Laïcité », cette charte s’applique de facto aux associations à but non lucratif sur le territoire seynois et subventionnées ou aidées par la municipalité, ainsi qu’à toute autre association désireuse d’y contribuer et d’y souscrire. La signature de cette charte n’exclut pas la signature de conventions particulières (attribution de subventions, mise à disposition d’une salle, prêt de matériel, etc).

 Les objectifs de cette charte sont les suivants :

  • rendre plus visible le rapport partenarial entre la ville et les associations ;
  • maintenir un lien permanent Ville / associations et développer le dialogue civique entre la Ville et les associations ;
  • encourager les dynamiques inter-associatives ;
  • respecter la liberté associative, garantir le pluralisme et l’équité ;
  • soutenir l’innovation et le développement social ;
  • favoriser l’engagement citoyen et la participation de chacun à la vie de la cité en respect de la laïcité.

Madame le Maire, qui, elle, est Seynoise, ne peut l’ignorer. Que pense-t-elle alors des écrits de son premier adjoint ? A-t-elle la même vision des choses ? La publication de M. Colin porte-t-elle une parole partagée par l'ensemble de la majorité municipale ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :